Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Fantastique / Science-fiction > Kaya Dove, messagère du futur

Kaya Dove, messagère du futur

mardi 30 août 2016, par François Membre

Auteur d’une quarantaine de volumes Pierre Lassalle n’est pas un romancier professionnel et son demeure de prédilection est l’ésotérisme et une quête de spiritualité. Ce sont ces deux points essentiels qui sous-tendent ce second roman, qualifié, par l’éditeur, « de thriller palpitant, où la science-fiction côtoie l’espionnage, avec une bonne dose de fantastique. Valeurs héroïques, humour, esprit d’équipe : un cocktail qui va vous dynamiser ! » Il est difficile de classifier ce roman touche à tout où s’imbriquent la science-fiction et la spiritualité.

Depuis plusieurs millions d’années, la Terre est mise en coupe réglée par des vampires martiens qui sont à l’origine de la destruction de l’Atlantide et se nourrissent de nos émotions les plus basses mais une petite partie de l’humanité, aidée par de grands initiés lutte contre ceux-ci. Au moment où commence le récit, c’est le printemps de l’année 2944 et nous sommes en Slavonie. Kaya Dove, sculpturale jeune fille blonde aux yeux bleus pales exécute une mission confie par son mentor et maître à penser en territoire ennemi.
Une mission qui sera le test ultime avant la grande mission qui doit l’envoyer mille années plus tôt dans le passé pour modifier le futur et permettre à la civilisation du bien de triompher de celle du mal. Arrivée au XXIème elle doit se composer une équipe indigène chargée de l’assister dans sa lutte.

Science-fiction, écologie et spiritualité ?
Il y a bien de la science-fiction dans ce texte mais elle n’est qu’un outil pratique pour Pierre Lassalle qui ne l’exploite que parcimonieusement. Ainsi la vie en l’an 2944 n’est pas décrite et l’on ne sait pas ce que veulent les deux civilisations qui s’affrontent. Le bien, le mal, sont des notions assez vagues qui dépendent du vécu et de la culture du lecteur.
Par ailleurs, dans ce domaine, l’auteur reprend des thèmes déjà anciens en les traitant à sa sauce. Deux exemples : le voyage dans le temps est possible grâce à un entrainement physique et psychique qui permet à l’homme d’accéder à un état de conscience supérieur. Cette théorie en vaut une autre mais aller dans le passé pour modifier son présent peut être dangereux si l’on se réfère à la Patrouille du temps (1960) de Poul Anderson. Même si ses actions sont bénéfiques à sa civilisation, Kaya Dove joue les apprentis sorciers. Autre thème de SF, les vampires martiens décrits ici comme une race démoniaque apparaissent sous la plume de Gustave Lerouge dans Le Prisonnier de la planète Mars (1908) et La Guerre des vampires (1909).
L’homme détruit sa planète. Tout le monde est d’accord sur le principe ; l’instauration d’une écologie raisonnée est indispensable pour préserver la nature. Alors quand les forces du mal veulent donner les moyens de se téléporter aux hommes, pourquoi Kaya Doove et son équipe de gros bras vont-ils détruire ces recherches qui permettraient de se libérer de la domination du pétrole et des pollutions que son utilisation engendre ?

Amener l’humanité à une conscience supérieure est le but des héros du récit, et la religion trouve sa place dans cette quête. La religion chrétienne surtout. Mais alors pourquoi pendre de telles libertés avec le dogme ? Pourquoi alors que c’est contraire à tous les principes du christianisme « le Christ, notre grand Dieu » se voit-il flanqué de Isis-Sophia ? Une déesse ! Voilà qui va faire tousser au Vatican… Un autre point contraire aux préceptes du christianisme est annoncé comme une évidence lorsqu’une défunte entre en communication avec son fiancé pour lui donner les consignes à suivre.

Si l’idée de la lutte contre le bien et le mal n’est pas originale par elle-même, elle est expliquée et soutenue par l’auteur dans sa préface où il invite le lecteur à ne plus être un consommateur et à réfléchir par lui-même : « Le livre que vous tenez entre les mains n’est pas simplement un roman ! (…) C’est également un ouvrage qui donne envie de se poser des questions… ». Il peut facilement s’établir un certain parallèle entre Ron Hubbard et Pierre Lassalle, les deux veulent améliorer l’homme, le premier d’abord écrivain de science-fiction a créé la Scientologie, le second veut amener l’homme à réfléchir par lui-même, à prendre seul son destin en main et à ne plus être un simple consommateur. Dans ce but il crée des produits dérivés de ses ouvrages. Bizarre ?
L’auteur a raison, son livre génère de nombreuses questions. Deux autres volumes sont prévus, y trouveront-nous les réponses ?

Kaya Dove, messagère du futur

  • Pierre Lassalle
  • Terre de lumière
  • 352 pages
  • 19,50 €
  • 978-2-940448-73-9

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?