Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Érotique > La fiancée des bouchers

La fiancée des bouchers

lundi 13 juin 2011, par Georges Fernandes

Clarisse va débuter son nouveau travail, serveuse dans un restaurant un peu spécial de par son lieu et sa clientèle ; Le restaurant se trouve dans Rungis, le célèbre marché des commerçants dans la proche banlieue parisienne. Le service commence à une heure où d’autres sont encore dans leurs lits. Clarisse devrait être une femme heureuse, elle a du travail et elle va bientôt se marier, et pourtant il existe au fond de son cœur une crispation invisible, incompréhensible pour ceux qui ne savent rien de son passé. Jeune enfant elle fut utilisée comme objet sexuelle par son oncle et plusieurs de ses amis. Elle resta vierge, mais le viol a de nombreux visages. Elle n’en parla jamais, personne n’en su rien. Bien des années après, quand elle rencontra et commença à vivre avec celui qui va devenir son époux, elle pensa qu’elle allait pouvoir enfin remplir son mal être par de l’amour. Rien n’en fut. Mais elle se rendit bien compte que le problème venait d’elle. Alors quand les clients du restaurant, des bouchers de métier, se mettent à lui mettre la main aux fesses, et aussi dans la culotte, Clarisse retrouve les sensations qu’elle avait éprouvé dans son enfance, la soumission dans le plaisir, l’impossibilité de dire non et l’envie que cela continue. Clarisse va enfin apprendre à connaitre ses sentiments et ses envies. Et à la fin, qui va jouer de l’autre ?

Il ne s’agit absolument pas de faire l’apologie de la pédophilie. Le texte de l’auteur, Eve Arkadine, réussit à mettre en valeur les désastres psychologiques du viol, avec les conséquences dans la vie d’adulte. Les victimes sont parfois perdues, comme Clarisse, et sans le savoir elles cherchent quelque chose qu’elles ne trouvent pas dans une vie de relation classique. C’est le syndrome de reproduction d’événements qui marquent au fer rouge. Clarisse se retrouve, apprend à vivre, même si pour cela elle a du devenir la poupée d’hommes sans limites ni tabous. Il existe dans ce livre une morale, mais elle risque de ne pas plaire aux puritains.

  • Eve Arkadine
  • La Musardine

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?